Transatlantic Cultures Seminar

Session 3: Religion

Vendredi 26 janvier 2018, de 16h à 19h
Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne 75002 Paris, salle Peiresc

Intervenants:

Moustapha Sall (Université Cheikh Anta Diop de Dakar, professeur invité à l’Université Paris-Saclay)
La confrérie des Mourides : une dynamique identitaire transatlantique

Olivier Compagnon (Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Centre de Recherche et de Documentation des Amériques)
La théologie de la libération

Résumé des présentations:

Moustapha Sall (Université Cheikh Anta Diop de Dakar, professeur invité à l’Université Paris-Saclay),
La confrérie des Mourides : une dynamique identitaire transatlantique

Crédits photo: Moustapha Sall.Fondée vers 1890, la confrérie des Mourides du Sénégal repose sur une adoption/négociation entre l’islam et l’héritage historique et culturel. Basé sur l’articulation de l’apprentissage-travail dans les daara (écoles rurales intégrées), ce modèle islamo-wolof a développé une idéologie et une stratégie qui, de nos jours, recomposent un territoire mouride à partir de la diaspora. Du Sénégal, au Gabon (Libreville et l’île de Mayumba), dans plusieurs pays africains et européens, aux Amériques, le mouridisme, de par ses attributs culturels (mode d’organisation socio-économique avec les ‘dahira’, habillement,  label ‘café Touba’, etc.) recrée un réseau international dont l’épicentre se retrouve à Touba  (la ville des mourides située au Centre du Sénégal).
Crédits photo: Moustapha Sall.

Olivier Compagnon (Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, Centre de Recherche et de Documentation des Amériques)
La théologie de la libération
Porteuse d’un discours identitaire soucieux de rompre avec la colonialité des théologies européennes et de « boire à son propre puits » (Gustavo Gutiérrez), la théologie de la libération telle qu’elle se développe en Amérique latine au tournant des années 1960 et 1970 n’apparaît pas a priori comme propice à une analyse posée en termes circulatoires. Toutefois, dès lors qu’on s’émancipe d’une lecture des textes au pied de la lettre pour suivre la trajectoire des hommes (lieux de formation intellectuelle, sociabilités institutionnelles, stratégies de légitimation) aussi bien que celle des œuvres (traductions, appropriations, dénonciations), se dessine une histoire authentiquement atlantique – de Louvain à Lima, de Princeton à Yaoundé, de Rome à Montréal – de cette théologie émancipatrice qui marqua profondément de son empreinte les mondes chrétiens américains, européens et africains jusqu’à la fin des années 1980.

 

Responsables:

Anaïs Fléchet (UVSQ, CHCSC)
Didier Aubert (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, Thalim)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Retrouvez l’information sur le site du CHCSC


Auteur : Aurélia Desplain

Ingénieure de recherche chargée de valorisation scientifique pour les laboratoires CHCSC (EA 2448) et DYPAC (EA 2449) à l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Chercheure associée au laboratoire LAM (UMR 5115), membre du bureau des jeunes chercheur.e.s du GIS Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *