Transatlantic Cultures Seminar

Session 7: Circulations transatlantiques des modèles éducatifs européens

Vendredi 25 janvier 2019
Institut National d’Histoire de l’Art (INHA)
2 rue Vivienne 75002 Paris
16h-19h Salle Peiresc

Avec la participation de :

Béatrice Haenggeli-Jenni (Université de Genève)
Adolphe Ferrière en Amérique latine :
Un voyage aux visées multiples, entre diplomatie et propagande

Antoine Savoye (Université Paris 8)
L’essaimage de l’Éducation nouvelle européenne en Amérique : Entre coopération, transfert et rivalité (1921-1940)

Modération :

Juliette Dumont (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IHEAL)

Résumés des présentations

Antoine Savoye (Université Paris 8)
(avec la collaboration de Laurent Gutierrez)
L’essaimage de l’Education nouvelle européenne en Amérique: Entre coopération, transfert et rivalité (1921-1940)

L’exposé portera non sur la circulation transatlantique des systèmes d’enseignement officiels mais sur celle de l’idée d’une « éducation nouvelle » telle qu’elle est conçue et expérimentée, au sortir de la Première Guerre mondiale, simultanément en Europe et en Amérique. Cette circulation, repérable dès avant le conflit mondial, connaît une phase d’intensité croissante entre les deux guerres et touche tous les pays des deux côtés de l’Océan.
En raison de son ampleur, ce phénomène qui traverse des sociétés aux régimes politiques et sociaux très différents, est complexe à analyser. Nous choisirons, pour une première exploration, de partir du mouvement d’éducation nouvelle né en Europe occidentale, qui se structure en une Ligue internationale pour l’éducation nouvelle (1921) fondée par le Suisse Adolphe Ferrière et la Britannique Béatrice Ensor, bientôt organisée en sections nationales.
Nous examinerons sur vingt années (1920-1940) son essaimage en Amérique du Nord et du Sud et les modalités qu’il a adoptées (accord institutionnel, publications multilingues, enquête sur place, congrès internationaux). Nous soulignerons le sort particulier qu’a connu, au cours de cet essaimage, la méthode de Maria Montessori. Nous interrogerons, enfin, la rencontre entre l’Éducation nouvelle européenne et son équivalent étasunien, la Progressive Education, patronnée par le philosophe John Dewey, notamment sur le terrain latino-américain.

Antoine Savoye est professeur émérite en sciences de l’éducation (Université de Paris 8) et directeur de publication des Études sociales. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’éducation (mouvements pédagogiques, réformes éducatives 19è-20è siècles) et l’histoire des sciences humaines et sociales (enquêtes, Frédéric Le Play et ses continuateurs 19è-20è siècles).
Laurent Gutierrez est professeur en Sciences de l’éducation à l’Université de Paris Nanterre. Directeur adjoint du Centre de recherches en éducation et en formation (CREF), ses travaux portent sur l’histoire des réformes de l’enseignement en France depuis la fin du XIXe jusqu’à nos jours.
Antoine Savoye et Laurent Gutierrez ont récemment publié le chapitre « Sauver les jeunes générations de la faillite éducative : le combat de Madeleine Guéritte » in X. Riondet, R. Hofstetter, H.-L. Go (dir.), Les acteurs de l’Education nouvelle au XXè siècle. Itinéraires et connexions, PUG, Grenoble, p. 29-43.


Béatrice Haenggeli-Jenni (Université de Genève)
Adolphe Ferrière en Amérique latine :
Un voyage aux visées multiples, entre diplomatie et propagande

En 1930, Adolphe Ferrière, sociologue, pédagogue et publiciste genevois, entreprend un voyage de plus de 6 mois en Amérique latine. Accompagné de son épouse, il sillonne le continent à la recherche d’institutions éducatives expérimentant les nouvelles méthodes pédagogiques prônées en Europe par les militants de l’Éducation nouvelle. Accueilli par les personnalités les plus illustres, il donne près de 80 conférences auprès d’instituteurs, étudiants et professeurs auxquels il transmet les résultats de recherches en psychologie de l’enfant et témoigne des avancées dans l’expérimentation de méthodes pédagogiques innovantes.
A travers l’étude d’archives privées et institutionnelles, cette communication vise à mieux comprendre les enjeux politiques, diplomatiques et éducatifs de ce voyage transatlantique ; elle vise aussi à identifier le rôle de Ferrière dans la circulation des idées éducatives entre les deux continents, en s’intéressant d’une part, aux institutions qui le mandatent en Europe et d’autre part, aux pays du sous-continent qui l’accueillent, dans le contexte particulier de l’entre-deux-guerres.

La traversée du Canal de Panama, emblématique du voyage d’Adolphe Ferrière

Béatrice Haenggeli-Jenni est docteure en Sciences de l’Éducation et chargée d’enseignement à l’Université de Genève. Elle a mené des recherches sur l’histoire de l’Éducation nouvelle dans ses dimensions internationales, à travers l’étude de supports éditoriaux, des réseaux internationaux et des acteurs – les femmes en particulier – impliqués dans cette histoire. Ancienne collaboratrice scientifique aux Archives Institut J.J. Rousseau et membre de l’Équipe de Recherche en Histoire Sociale de l’Éducation, elle est actuellement coordinatrice pédagogique au Service de Formation et Développement de la Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire à Genève.


Auteur : Aurélia Desplain

Ingénieure de recherche chargée de valorisation scientifique pour les laboratoires CHCSC (EA 2448) et DYPAC (EA 2449) à l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. Chercheuse associée au laboratoire LAM (UMR 5115), membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.