Séminaire Transatlantic Cultures: 25 septembre 2020

Vendredi 25 septembre 2020
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris Salle Peiresc, 16h-19h

En raison des contraintes sanitaires, l’accès à la salle Peiresc est limité. Pour assister au séminaire, merci de vous inscrire pour chaque séance en écrivant à l’adresse: contact<a>transatlantic-cultures.org Les séances seront également retransmises en vidéo-conférence,
sur inscription, en précisant «vidéo-conférence». Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Artist Kenadi Johnson’s mixed media portrait of Frederick Douglass, titled “Our Neighborhood at Peace,”
at the Anacostia Unmapped 2.0 exhibition at the D.C. Commission on the Arts and Humanities gallery in Washington on Sept. 12, 2018 (Photo by Rebecca Chillrud, Chesapeake Bay Program, Flickr).

Frederick Douglass, figure transatlantique : le voyage en Europe et en Egypte en 1886-1887
Hélène Quanquin (Université de Lille – Cécille)
La trajectoire de Frederick Douglass, l’un des militants étasuniens les plus connus au XIXe siècle, ne peut être comprise dans un contexte exclusivement étasunien. Après 20 années passées comme esclave dans le Maryland, il rejoignit le mouvement abolitionniste en 1841 et en devint l’une des figures les plus importantes. En 1845-1847, il passe plusieurs mois en Grande-Bretagne, une expérience fondatrice et émancipatrice pour lui, puisqu’il revint de ce voyage libre. En 1889-1891, il exerça la fonction de Consul Général en Haïti. Cette présentation abordera un voyage moins connu de Frederick Douglass, entrepris en 1886-1887 avec sa seconde femme, Helen Pitts Douglass, en Europe et en Egypte. Les journaux et les écrits du couple montrent la tension fondamentale d’un voyage vécu comme expérience à la fois privée et publique.

Couverture de l’album Up You Mighty Race, 1968 dans: Giulia Bonacci, « L’Hymne éthiopien universel (1918) », Cahiers d’études africaines, 216 | 2014.

Marcus Garvey. Circulations, race et organisation populaire
Giulia Bonacci (IRD – Unité de Recherches Migrations et Société, Urmis)
Personnalité charismatique et controversée, le jamaïcain Marcus Garvey (1887-1940) a fortement marqué le début du xxe siècle en proposant une nouvelle grammaire raciale et un nouveau mode d’organisation politique simultanément local et transnational. Cette intervention sera l’occasion de faire le point sur l’état des connaissances à propos de sa trajectoire et de son organisation, l’Universal Negro Improvement Association (UNIA). Il s’agira aussi de revenir sur les circulations caribéennes, américaines et atlantiques qui ont contribué à la formation intellectuelle de Garvey et au déploiement global du garveyisme.

Modération : Anaïs Fléchet (Paris-Saclay-CHCSC)

Programme de la séance en pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.