Séminaire TRACS – Américanisation par les arts: le 4 mars 2022

Vendredi 4 mars 2022
16h-­19h INHA – salle Mariette

Américanisation par les arts

Et en visio-conférence, sur inscription : contact[a]transatlantic-cultures.org. Le lien de connexion sera communiqué par mail.

Nous aurons le plaisir d’écouter deux présentations :

La dimension française du punk rock américain, la dimension américaine du punk rock français (1972-1976). Une lecture par la critique rock
Gérôme Guibert (Université Sorbonne Nouvelle)

La langue anglaise dans les musiques populaires françaises est-elle le signe d’une américanisation?
Michael Spanu (Universidad Nacional Autónoma de México / University of Manchester)

Modération : Catherine Rudent (Université Sorbonne Nouvelle)

Psychotic Reactions and Carburetor Dung, de Lester Bangs, Serpent’s Tail, 2014.

La dimension française du punk rock américain, la dimension américaine du punk rock français (1972-1976). Une lecture par la critique rock

Comment le qualificatif « punk rock » est-il devenu un genre musical dans la presse rock américaine et comment l’expression a-t-elle traversé l’Atlantique pour être utilisée dans les magazines français spécialisés ? On soulignera ici le rôle des écrits de l’Américain Lester Bangs pour qui le punk rock est défini dès 1972 – pour lui comme pour une partie de ses collègues de la revue Creem, et la réappropriation du terme par les journalistes rock français (Adrien, Eudeline, Manœuvre…).

Gérôme Guibert est Maitre de conférences HDR en sociologie à l’université Sorbonne Nouvelle où il est directeur de l’Institut de la Communication et des médias. Ses recherches en sociologie économique et en sociologie de la culture et des médias sont centrées sur les musiques populaires. Il étudie notamment les médias spécialisés et les magazines et leur rôle au sein des scènes et subcultures musicales. Président des éditions Mélanie Seteun, directeur de la collection « musique et société », il fut aussi l’un des fondateurs de la revue de recherche Volume! et a été journaliste rock. Il publie en avril 2022 une étude du CNM Lab sur la question de la presse musicale.

Pochette de la version anglaise de l’album Répression (1980) de Trust

La langue anglaise dans les musiques populaires françaises est-elle le signe d’une américanisation?

Pourquoi chanter en anglais quand on est français ? Cette question d’apparence banale traverse une partie importante des musiques populaires de la deuxième moitié du xxe siècle et révèle des enjeux à la fois géopolitiques, esthétiques, économiques et socioculturels. En fait, plus on essaye de répondre sérieusement à cette question et plus elle paraît vertigineuse, questionnant le statut même de la langue chantée dans les musiques populaires. À partir de différents terrains et d’une approche avant tout sociologique, cette communication propose d’explorer les ressorts culturels de la pratique de l’anglais chanté en France.

Michaël Spanu est docteur en sociologie (Université de Lorraine) et auteur d’une thèse sur la diversité des pratiques de la langue chantée dans les musiques populaires françaises. Actuellement postdoctorant à l’université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), il travaille sur les mutations du secteur de la musique live. À partir de mars 2022, il entame un projet Marie Curie au sein de l’université de Manchester sur les pratiques et programmes de soutien à l’export de musiques depuis l’Espagne et la France.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search