Séminaire TRACS – Américanisation par les arts : 1er avril 2022

Le prochain séminaire Transatlantic Cultures avec Américanisation par les arts aura lieu le :

Vendredi 1er avril 2022
de 16h-­19h à l’Institut National d’Histoire de l’Art INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris, en salle Mariette.

Et en visio-conférence, sur inscription : contact[a]transatlantic-cultures.org. Le lien de connexion sera communiqué par mail.

Nous aurons le plaisir d’écouter deux présentations :

Soupault et les USA
Ou l’américanisation d’une avant-garde par le cinéma pendant les années folles
Charlotte Servel (CERILAC)

Qu’est-ce qu’un poème américain ?
Yannick Seité (Université de Tours)

Modération : Anaïs Fléchet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Paris-Saclay)

Résumés des présentations:

Soupault et les USA
Ou l’américanisation d’une avant-garde par le cinéma pendant les années folles
Pendant les Années folles, les surréalistes s’enthousiasment pour le cinéma américain. Le poète Philippe Soupault publie plusieurs textes, notamment « Le cinéma U.S.A. » et The American Influence in France, où il considère le cinéma américain comme une forme neuve de la modernité capable de régénérer la poésie française. À travers le cas de Soupault, nous examinerons le processus d’américanisation d’une avant-garde, le surréalisme, en interrogeant notamment la part d’imaginaire et de fantasmes liés à ce processus.

Titre d’un des articles de Soupault paru dans la revue Films, n°15, 1924.

 

 

 

Charlotte Servel est ATER en études cinématographiques à l’université de Caen Normandie. Agrégée de lettres modernes, elle a soutenu en 2020 une thèse en cinéma et littérature intitulée Le Cinéma burlesque, une autre origine du surréalisme. Les pratiques des surréalistes analysées au prisme des films burlesques pendant les années folles. Elle a été chargée par le CNC de la mission « Sensibilisation à l’écriture scénaristique dès le plus jeune âge ». Elle est membre du CA de l’AFRHC (Association française de recherche sur l’histoire du cinéma).

Qu’est-ce qu’un poème américain ?

“My man (mon homme) : fox trot song” Ziegfeld follies, 1921. New York Public Library Digital Collections.

L’américanisation par les arts sera envisagée ici à partir de la destinée de la chanson Mon Homme. Créée par Mistinguett en 1920, elle traverse l’Atlantique grâce à Sidney Bechet et devient l’air fétiche de la comédienne Fanny Brice qui fait de cette « chansonnette réaliste » à la gouaille typiquement parisienne une sorte de lamento, ouvrant la voie à sa transformation, sous le titre My Man, en un standard du jazz. C’est sous cette apparence qu’elle fera retour en Europe.

Yannick Séité est professeur à l’université de Tours. À côté de travaux consacrés à la littérature et à la pensée des Lumières, dont il est un spécialiste, il a publié, dans une perspective d’histoire culturelle et d’anthropologie, de nombreux articles consacrés au jazz. Il a longtemps collaboré au mensuel Jazz Magazine et son essai Le Jazz, à la lettre, paru aux PUF en 2010, a reçu le Prix des Muses pour le livre de jazz.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search