Rentrée du séminaire TRACS : Les États-Unis et l’Italie

Le prochain séminaire Transatlantic Cultures en partenariat avec le projet « Américanisation par les arts » (MSH Paris-Saclay) aura lieu le vendredi 18 novembre 2022 à l’Institut National d’Histoire de l’Art
2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Mariette, de 17h à 20h. (ajouter le calendrier des séminaires tracs à votre agenda)

Nous aurons le plaisir d’écouter :

Jean Kempf (Université Lumière Lyon 2 – UMR TRIANGLE 5206)
Paul Strand, un commerce transatlantique, et Frédéric Attal (Université polytechnique Hauts-de-France, LARSH)  Du Soft Power ? Fondations philanthropiques, Département d’État et la formation de la classe dirigeante italienne durant la Guerre froide.

Modération : Fabien Archambault (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Résumés des contributions:

Paul Strand, un commerce transatlantique

Charles Sheeler et Paul Strand, Manhatta (1921), capture d’écran à 6’10 min.

La place de Paul Strand dans l’histoire de la photographie est à la fois forte et floue voire fragile. Artiste exigeant, artisan méticuleux, il se distingue cependant de nombreux autres photographes issus de la mouvance moderniste d’Alfred Stieglitz par son engagement politique qui conduira à son exil en France. C’est le parcours d’un Américain devenu citoyen du monde et qui révèle un riche commerce intellectuel transatlantique que l’on essaiera de cerner dans ses œuvres dont le célèbre Un Paese.

Jean Kempf est professeur émérite de civilisation américaine à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR Triangle 5206. Ses dernières publications incluent Les Conquérants de l’inutilePhotographes de conflit américains au tournant du XXIe siècle (Presses du réel, 2022) et Une Histoire culturelle des Etats-Unis (Armand Colin, 2015).

———

Du Soft Power ? Fondations philanthropiques, Département d’État et la formation de la classe dirigeante italienne durant la Guerre froide

Image générée avec DALL·E-2

L’historiographie concernant la diplomatie culturelle des États-Unis durant la Guerre froide tend à considérer que l’importation du cinéma américain comme des comics, la diffusion par le biais des USIS de tout un arsenal documentaire sur la force de l’économie ou la solidité des institutions américaines relèvent du soft power. S’inspirant de la politique menée par les grandes fondations philanthropiques étatsuniennes, le Département d’État entend toutefois investir le champ de la formation des élites outre-Atlantique et le cas de l’Italie invite à réfléchir sur la pertinence de l’adjectif lénifiant (soft) : il s’agit bien d’une stratégie fondée sur une modification des contenus académiques et des cursus universitaires qui ne relève plus du « pouvoir doux ».

Frédéric Attal, professeur des universités à l’UPHF (Valenciennes), prépare un ouvrage sur la diplomatie publique des États-Unis en Italie durant la guerre froide.

Lectures:
– Frédéric Attal, « Le centre bolonais de la School of Advanced International Studies (Johns Hopkins) : entre projet universitaire et diplomatie culturelle au temps de la Guerre froide » dans Annali di storia delle Università italiane, 2019, 1, p. 51-82.
– Frédéric Attal, « Le rôle des fondations philanthropiques dans la diplomatie culturelle des États-Unis après 1945 : le cas de l’Italie », Histoire@politique, 38, mai-août 2019 (https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=38&rub=dossier&item=356)
– Parmar Inderjeet, Foundations of the American Century : The Ford, Carnegie, and Rockefeller Foundations and the Rise of American Power, New York, Columbia University Press, 2012.
– Ludovic Tournès, Sciences de l’homme et politique : les fonda­tions philanthropiques américaines en France au XXe siècle, Éditions des Classiques Garnier, 2011


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search