Séminaire TRACS: Musique contemporaine

illustration d'un robot qui joue du piano électronique

Le prochain séminaire Transatlantic Cultures 
en partenariat
avec le projet
« Américanisation par les arts » (MSH Paris-Saclay)
aura lieu le vendredi 16 décembre 2022
à l’Institut National d’Histoire de l’Art
2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Mariette, de 17h à 20h.

Ajoutez le calendrier des séminaires tracs à votre agenda
et retrouvez la programmation complète: https://tracs.hypotheses.org/3162

Pour cette séance “Musique contemporaine“, nous aurons le plaisir d’écouter :

Karol Beffa (École normale supérieure)
Modernisme, postmodernisme : un compositeur d’aujourd’hui face à la musique américaine
et
Max Noubel (Université de Bourgogne)
Pierre Boulez et la musique américaine : une dissonance cognitive et culturelle

Avec Martin Guerpin (Université d’Évry Val d’Essonne, Université Paris-Saclay UVSQ) pour orchestrer la séance.

Résumés des contributions:

Modernisme, postmodernisme : un compositeur d’aujourd’hui face à la musique américaine

Pour beaucoup de compositeurs d’aujourd’hui, l’irruption de la musique minimaliste américaine dans le paysage européen des années 1980 a fait l’effet d’une bombe. Hyper-consonance, matériau musical réduit, boucles répétitives — mais aussi recherche de pureté et systématisme — ont eu une influence considérable sur le travail de plusieurs jeunes compositeurs aux préoccupations compositionnelles pourtant bien différentes.

Compositeur et pianiste, Karol Beffa est maître de conférences à l’Ecole normale supérieure depuis 2004. Il a fait paraître en 2022: L’autre vingtième Siècle musical, Paris, Buchet-Chastel.

——–

Pierre Boulez et la musique américaine : une dissonance cognitive et culturelle

Tout au long de sa carrière de compositeur, de chef d’orchestre et d’essayiste, Pierre Boulez a défendu sans relâche le patrimoine musical du XXe siècle et la création contemporaine. Bien qu’il se soit intéressé à un large éventail international de compositeurs de divers courants esthétiques, il n’a jamais caché sa préférence pour une conception hautement savante de la création musicale enracinée dans un espace géographique européen où dominent quelques figures iconiques dont Stravinsky, Webern, et Debussy. Son interprétation subjective et très sélective de l’histoire de la musique moderne et sa vision de son avenir ont souvent conduit à l’ostracisme dont une partie considérable de la musique américaine a été victime. Si Elliott Carter a été l’un des compositeurs qu’il a le plus admiré, sans doute parce qu’il le voyait comme le plus européen des compositeurs américains, il s’est montré particulièrement sévère envers tous ceux qui, outre-Atlantique, proposaient une alternative à une approche spéculative de la musique : John Cage, les minimalistes, entre autres. À partir des écrits et déclarations de Boulez, mais aussi de témoignages et d’un examen détaillé de la programmation de l’Ensemble intercontemporain, cette communication tentera de montrer que la relation de ce compositeur à la musique américaine reposait sur une incompréhension de ce que nous avons appelé la singularité plurielle l’Américaine et constituait une sorte une dissonance à la fois culturelle et cognitive.

Max Noubel est maître de conférences à l’université de Bourgogne et chercheur au Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL), à Paris. Spécialiste de la musique américaine du XXe siècle, il a publié de nombreux articles notamment sur Elliott Carter, Steve Reich, Terry Riley et John Adams. Son ouvrage Elliott Carter, ou le temps fertile, préface de Pierre Boulez, a reçu le Prix des Muses en 2001. En 2018, il a publié un essai pour le centenaire de la naissance de Leonard Bernstein : Leonard Bernstein : Histoire d’une messe sacrilège.
> Noubel Max, “The Ensemble Intercontemporain and its America”, in MEYER Felix, OJA Carol J., RATHERT Wolfgang & Anne SHREFFLER (éd.), Crosscurrents: American and European Music in Interaction, 1900–2000, Basel, A Publication of the Paul Sacher Foundation, The Boydell Press, 2014, p.396-407.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search