Séminaire TRACS : Américanisateurs d’Amérique et de province – 24/05/24

Le prochain séminaire de Transatlantic Cultures
en partenariat 
avec le projet

« Américanisation par les arts » (MSH Paris-Saclay)
aura lieu le

Vendredi 24 mai 2024
à l’Institut National d’Histoire de l’Art
2, rue Vivienne, 75002 Paris,
en salle Peiresc, de 16h à 19h

pour une séance :

AMÉRICANISATEURS D’AMÉRIQUE ET DE PROVINCE

Nous aurons le plaisir d’écouter :

Camille Moreddu (Université de Saint-Boniface/Tempora) et Yaniv Arroua (Criham, Limoges/CHCSC)

Modération : Philippe Gumplowicz (Université Paris Saclay, Évry)

Résumés des interventions:

Photographie d’Arthur Farwell et du « Chief Eagle Plume » [Charles F. Burkhardt] analysant des partitions publiée dans The Wa-Wan Press (1935). Arthur Farwell Collection, Box 39, Sleeve 10, Sibley Music Library, University of Rochester.

Les inventeurs de la Folk Music américaine : des compositeurs à l’œuvre (1890-1930)
Camille Moreddu (Université de Saint-Boniface/Tempora)

Entre les années 1890 et 1930, des compositeurs états-uniens cherchent à donner à leur musique un caractère national distinctif par le recours aux musiques du peuple (« folk »). Cette communication abordera les débats qui les animent quant au choix de la folk music – et donc du peuple – la plus légitime à représenter une nation alors fracturée par la ségrégation raciale, la relégation des Amérindiens, et les conflits religieux, ethniques et racistes autour d’une immigration abondante.

Docteur en histoire contemporaine, Camille Moreddu travaille au sein du projet « Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord (1640-1940) » (Université de Saint-Boniface) sur la vie musicale vernaculaire des populations francophones du Midwest et des Prairies canadiennes. Sa thèse (Université Paris Nanterre) portait sur l’histoire de l’invention de la catégorie musicale d’American Folk Music et la place accordée aux minorités ethniques et raciales dans la construction d’une culture nationale états-unienne (1890-1940).

Jean Marcland, Bernard Charles et Jean-René Sicot (de gauche à droite) en 1925 – groupe Odd Boys Band © Patrick Marcland

La Haute-Vienne à l’heure américaine dans les années 1930
Yaniv Arroua (Criham, Limoges/CHCSC)

Initiée dès la Grande Guerre, l’américanisation de la Haute-Vienne s’accélère dans l’entre-deux-guerres. Le Limougeaud Jean Marcland (1903-1964) en est l’un des acteurs essentiels : il introduit puis répand la culture états-unienne par différents vecteurs tandis que dans le même temps, Limoges accueille des artistes ayant des orchestres « à l’américaine ». Ces exemples contribueront à mieux saisir l’appropriation de la culture états-unienne en Haute-Vienne dans les années 1930.

Yaniv Arroua est professeur certifié d’histoire-géographie en Creuse, docteur en histoire contemporaine et chercheur associé du laboratoire Criham (site de Limoges) et du CHCSC (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines). Sa thèse, soutenue en mars 2022 porte sur « Les sociabilités musicales en Haute-Vienne sous la IIIe République ». Il est finaliste du Prix de Thèse de l’Université de Limoges en 2023. Titulaire d’un master portant sur « L’histoire du jazz en Creuse et en Haute-Vienne, 1925-1994 », il remporte le prix Lémovice en 2013.



Citer ce billet
Tracs (2024, 6 mai). Séminaire TRACS : Américanisateurs d’Amérique et de province – 24/05/24. Transatlantic cultures. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n4y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search