Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts 02/04/21

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique

Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon-Socerlid

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:
Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Américanisation par les arts ? France–États-Unis. Échanges et appropriations (1850-2020)

Le 9 mars 2021 la journée d’études du programme de recherche « Américanisation par les arts ? France États-Unis. Échanges et appropriations (1850-2020) » abordera la question des circulations culturelles entre la France et les États-Unis, de manière interdisciplinaire, pour en cerner les effets et les modes opératoires sur l’univers sensible tant des Européens que des Nord-Américains à partir de quatre portes d’entrée : le corps (manières de se comporter, danse, place accordée au corps dans la vie quotidienne), la voix (manières de parler, de chanter, vocalités, environnement sonore radiophonique et télévisuel), la langue (manières d’écrire et de penser, représentations), les formes (influence des arts savants et populaires dans l’environnement sonore et visuel quotidien).

Le 9 mars 2021
9h30 – 16h30
En visioconférence.
Afin d’obtenir le lien de connexion, écrire à martin.guerpin@univ-evry.fr

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts 29/01/21

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 29 janvier 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter

Samuel Blumenfeld (critique de cinéma au journal Le Monde) qui nous parlera de Jean-Pierre Melville, la Nouvelle Vague et Hollywood et Olivier Compagnon (IHEAL – CREDA) à propos d’AméricanisationUne histoire mondiale XVIIIe-XXIe siècles, de Ludovic Tournès (Paris, Fayard, 2020)

La séance sera coordonnée par  Chloé Huvet (Paris-Saclay – RASM).

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:
Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Jean-Pierre Melville, la Nouvelle Vague et Hollywood

Bob le flambeur, Crédits : Jean Mascii © ADAGP Paris, 2020 161 x 118 cm

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Jean-Pierre Melville installe ses studios dans un ancien garage du 13earrondissement, assurant les conditions de son indépendance financière et logistique. Bob le flambeur deviendra ainsi le premier film « Nouvelle Vague » avant l’apparition de celle-ci. L’autarcie du réalisateur français correspond aussi à un rêve d’Amérique. Il s’agit pour Melville de reproduire les schémas du film noir américain, avec une perfection d’autant plus achevée que ce spectateur compulsif du cinéma hollywoodien peut se permettre, avec ses studios, de les reproduire à l’identique. Pourtant, plus Melville rêve de cinéma hollywoodien, plus il trouve son propre style, onirique, désincarné, abstrait, « melvillien » comme il sera plus tard écrit, à ce point distinct que son héritage se trouve, à partir des années 1980, à Hong Kong, puis à Hollywood, chez les maîtres du film noir américain des années 1990, Quentin Tarantino, Michael Mann.

Samuel Blumenfeld est journaliste au Monde depuis 1996. Il écrit principalement sur les cinémas américains et français. Il est l’auteur de plusieurs livres dont un livre d’entretiens avec Brian de Palma.

À propos d’AméricanisationUne histoire mondiale XVIIIe-XXIe siècles, de Ludovic Tournès (Paris: Fayard, 2020)

El Heraldo de Antioquia, Medellín, 21/01/1931

Olivier Compagnon  est professeur d’histoire contemporaine à l’université Sorbonne Nouvelle (Institut des hautes études de l’Amérique latine), chercheur au centre de recherche et de documentation des Amériques (CREDA UMR 7227), co-rédacteur en chef de la revue pluridisciplinaire Cahiers des Amériques latines et directeur des publications des Éditions de l’IHEAL.