Séminaire TRACS 2022-2023: programme

En partenariat avec le projet « Américanisation par les arts » (MSH Paris-Saclay)

Toutes les séances ont lieu à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris, de 17h-20h, en salle Mariette.

Vendredi 18 novembre 2022
Les États-Unis et l’Italie
Paul Strand, un commerce transatlantique, Jean Kempf (Université Lumière Lyon 2)
Du Soft Power ? Fondations philanthropiques, Département d’État et la formation de la classe dirigeante italienne durant la Guerre froide, Frédéric Attal (Université polytechnique Hauts-de-France)
Modération : Fabien Archambault (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Vendredi 16 décembre 2022
Musique contemporaine
Modernisme, postmodernisme : un compositeur d’aujourd’hui face à la musique américaine, Karol Beffa (École normale supérieure)
Pierre Boulez et la musique américaine : une dissonance cognitive et culturelle, Max Noubel (Université de Bourgogne)
Modération : Martin Guerpin (Université d’Évry Val d’Essonne, Université Paris-Saclay UVSQ)

Vendredi 20 janvier 2023
Environnement
Des eaux locales et transnationales ? Regards sur la mondialisation thermale au XIXe siècle, Steve Hagimont (Université Paris-Saclay UVSQ)
Aux origines transatlantiques du park movement : circulation des idées, échange des pratiques (1850-1900), Yves Figueiredo (Sorbonne Université)
Modération : Didier Aubert (Université Sorbonne NouvelleTHALIM)

Vendredi 10 février 2023
Diasporas Afrique/Brésil
Des limites du métissage comme politique culturelle : la Fondation Nationale de l’Art (FUNARTE) et les identités diasporiques afro-brésiliennes pendant la dictature militaire (intervention en espagnol), Tânia Costa Garcia (Universidade Estadual Paulista)
Ethos baroque dans l’Atlantique sud, Kadya Tall (IRD, Institut des mondes africains)
Modération : Anaïs Fléchet (Université Paris-Saclay, UVSQ)

Vendredi 17 février 2023
Cinéma
Contre l’Amérique, tout contre : Abel Gance et la construction française de l’auteur de cinéma dans son rapport au cinéma hollywoodien, Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1 Panthéon-SorbonneHiCSA)
Hitchcock transatlantique, Jean-Loup Bourget (École normale supérieure)
Modération : Didier Aubert (Université Sorbonne NouvelleTHALIM)

Vendredi 17 mars 2023
Mode
Coutures en papier : la mode parisienne à Rio de Janeiro au XIXe siècle, Everton Barbosa (Université Sorbonne Nouvelle)
Entre Paris et New York : l’industrie transatlantique de la mode au XXe siècle, Véronique Pouillard (University of Oslo)
Modération : Anaïs Fléchet (Université Paris-Saclay, UVSQ)

Vendredi 14 avril 2023
Spectacle
Les tournées de Sarah Bernhardt aux Amériques, Jean-Claude Yon (École pratique des hautes études)
Le mythe Sarah Bernhardt dans le star-system hollywoodien de l’entre-deux-guerres, Marguerite Chabrol (Université Paris 8)
Modération : Phillipe Gumplowicz (Université Paris-Saclay, UVSQ, Université d’Évry Val d’Essonne)

Vendredi 26 mai 2023
Anti-américanisme(s)
Titre annoncé prochainement, Francisco Rodríguez Jiménez (Universidad de Extremadura)
Modération : Olivier Compagnon (Institut des Hautes Études de l’Amérique LatineCREDA)

Ajouter l’agenda TRACS à GoogleCalendar: cliquer ICI
Ajouter l’agenda TRACS au fortmat ICal: cliquer ICI

Rentrée du séminaire TRACS : Les États-Unis et l’Italie

Le prochain séminaire Transatlantic Cultures en partenariat avec le projet « Américanisation par les arts » (MSH Paris-Saclay) aura lieu le vendredi 18 novembre 2022 à l’Institut National d’Histoire de l’Art
2, rue Vivienne, 75002 Paris, salle Mariette, de 17h à 20h. (ajouter le calendrier des séminaires tracs à votre agenda)

Nous aurons le plaisir d’écouter :

Jean Kempf (Université Lumière Lyon 2 – UMR TRIANGLE 5206)
Paul Strand, un commerce transatlantique, et Frédéric Attal (Université polytechnique Hauts-de-France, LARSH)  Du Soft Power ? Fondations philanthropiques, Département d’État et la formation de la classe dirigeante italienne durant la Guerre froide.

Modération : Fabien Archambault (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Résumés des contributions:

Paul Strand, un commerce transatlantique

Charles Sheeler et Paul Strand, Manhatta (1921), capture d’écran à 6’10 min.

La place de Paul Strand dans l’histoire de la photographie est à la fois forte et floue voire fragile. Artiste exigeant, artisan méticuleux, il se distingue cependant de nombreux autres photographes issus de la mouvance moderniste d’Alfred Stieglitz par son engagement politique qui conduira à son exil en France. C’est le parcours d’un Américain devenu citoyen du monde et qui révèle un riche commerce intellectuel transatlantique que l’on essaiera de cerner dans ses œuvres dont le célèbre Un Paese.

Jean Kempf est professeur émérite de civilisation américaine à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR Triangle 5206. Ses dernières publications incluent Les Conquérants de l’inutilePhotographes de conflit américains au tournant du XXIe siècle (Presses du réel, 2022) et Une Histoire culturelle des Etats-Unis (Armand Colin, 2015).

———

Du Soft Power ? Fondations philanthropiques, Département d’État et la formation de la classe dirigeante italienne durant la Guerre froide

Image générée avec DALL·E-2

L’historiographie concernant la diplomatie culturelle des États-Unis durant la Guerre froide tend à considérer que l’importation du cinéma américain comme des comics, la diffusion par le biais des USIS de tout un arsenal documentaire sur la force de l’économie ou la solidité des institutions américaines relèvent du soft power. S’inspirant de la politique menée par les grandes fondations philanthropiques étatsuniennes, le Département d’État entend toutefois investir le champ de la formation des élites outre-Atlantique et le cas de l’Italie invite à réfléchir sur la pertinence de l’adjectif lénifiant (soft) : il s’agit bien d’une stratégie fondée sur une modification des contenus académiques et des cursus universitaires qui ne relève plus du « pouvoir doux ».

Frédéric Attal, professeur des universités à l’UPHF (Valenciennes), prépare un ouvrage sur la diplomatie publique des États-Unis en Italie durant la guerre froide.

Lectures:
– Frédéric Attal, « Le centre bolonais de la School of Advanced International Studies (Johns Hopkins) : entre projet universitaire et diplomatie culturelle au temps de la Guerre froide » dans Annali di storia delle Università italiane, 2019, 1, p. 51-82.
– Frédéric Attal, « Le rôle des fondations philanthropiques dans la diplomatie culturelle des États-Unis après 1945 : le cas de l’Italie », Histoire@politique, 38, mai-août 2019 (https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=38&rub=dossier&item=356)
– Parmar Inderjeet, Foundations of the American Century : The Ford, Carnegie, and Rockefeller Foundations and the Rise of American Power, New York, Columbia University Press, 2012.
– Ludovic Tournès, Sciences de l’homme et politique : les fonda­tions philanthropiques américaines en France au XXe siècle, Éditions des Classiques Garnier, 2011

Séminaire TRACS – Américanisation par les arts: le 11 février 2002

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures avec Américanisation par les arts aura lieu le vendredi 11 févirer 2021 de 16h à 19h à l’Institut National d’Histoire de l’Art INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, en salle Mariette et en visio-conférence, sur inscription : contact[a]transatlantic-cultures.org.
Le lien de connexion sera communiqué par mail.

Nous aurons le plaisir d’écouter deux présentations :

Manon Fabre (ENS, CNSMDP, EHESS) et Pierre Fargeton (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne. Laboratoire IHRIM UMR5317)

Discutant : Martin Guerpin, Université d’Évry Val d’Essonne, Paris-Saclay. Continuer la lecture de « Séminaire TRACS – Américanisation par les arts: le 11 février 2002 »

Séminaire Tracs : Francophonie

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures,  aura lieu le vendredi 28 janvier 2021  de 17h à 19h  en visio-conférence, sur inscription : contact[a]transatlantic-cultures.org.
Le lien de connexion sera communiqué par mail.

Nous aurons le plaisir d’écouter: Laurent Martin (Sorbonne Nouvelle – laboratoire ICEE), qui nous parlera de:

 La Francophonie,
histoire de la diplomatie culturelle de la France
et géopolitiques de la culture

La francophonie est un mot forgé à la fin du XIXe siècle dans le contexte de la colonisation par la France d’une partie du monde. Ses sens sont multiples et ont évolué dans le temps. Cette communication vise à saisir l’histoire d’un mot et l’actualité d’un projet aujourd’hui revendiqués par certains et récusés par d’autres de chaque côté de l’Atlantique. Il s’agira aussi de réinsérer la francophonie dans l’histoire de la diplomatie culturelle française puis dans une géopolitique plus globale.

Laurent Martin est professeur d’histoire à l’université Sorbonne-Nouvelle, co-directeur du master Géopolitiques de l’art et de la culture, membre du laboratoire Intégration et coopération dans l’espace européen (ICEE) et du Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Lecture:
Bruno Nassim Aboudrar, François Mairesse & Laurent Martin, Géopolitiques de la culture. L’artiste, le diplomate et l’entrepreneurArmand Colin, 2021

Séminaire TRACS: Culture matérielle

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures,  aura lieu le vendredi 21 janvier 2021  de 17h à 19h  en visio-conférence, sur inscription : contact[a]transatlantic-cultures.org.
Le lien de connexion sera communiqué par mail.

Nous aurons le plaisir d’écouter: Simon Fagour (université Sorbonne Nouvelle – Creda), qui nous parlera des:

Réseaux et acteurs de la circulation du rhum
dans le monde atlantique (v. 1880 – v. 1930)

Rhum Chauvet [affiche]. Atelier F.H. d’Alési, 1894. Imp. A.Bellier et Cie, 4, Place Monge (Paris) © gallica.bnf.fr  BnF

Entre 1880 et 1930, de nombreux acteurs concourent à l’essor de la production du rhum des Antilles et encouragent la commercialisation de cet alcool colonial. Des réseaux émergent ou sont réactivés, qui illustrent certaines des dynamiques traversant les espaces impériaux, alors en pleine reconfiguration ; et la production de rhum, sous cet angle, semble tout à la fois le produit et le vecteur de la circulation d’hommes, de savoirs et d’imaginaires au sein de l’espace atlantique.

La place Bertin avant la catastrophe du 8 mai 1902. Saint Pierre, Martinique. Carte postale A.Benoit Jeannette éditeur. C014_ Coll. Loïs Hayot © Archives de la Fondation Clément

Simon Fagour est doctorant contractuel à l’université Sorbonne Nouvelle et au laboratoire CREDA (UMR 7227) sous la direction d’Olivier Compagnon et d’Alejandro Gomez.

 

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts 02/04/21

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique

Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon-Socerlid

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:
Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts 29/01/21

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 29 janvier 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter

Samuel Blumenfeld (critique de cinéma au journal Le Monde) qui nous parlera de Jean-Pierre Melville, la Nouvelle Vague et Hollywood et Olivier Compagnon (IHEAL – CREDA) à propos d’AméricanisationUne histoire mondiale XVIIIe-XXIe siècles, de Ludovic Tournès (Paris, Fayard, 2020)

La séance sera coordonnée par  Chloé Huvet (Paris-Saclay – RASM).

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:
Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Jean-Pierre Melville, la Nouvelle Vague et Hollywood

Bob le flambeur, Crédits : Jean Mascii © ADAGP Paris, 2020 161 x 118 cm

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Jean-Pierre Melville installe ses studios dans un ancien garage du 13earrondissement, assurant les conditions de son indépendance financière et logistique. Bob le flambeur deviendra ainsi le premier film « Nouvelle Vague » avant l’apparition de celle-ci. L’autarcie du réalisateur français correspond aussi à un rêve d’Amérique. Il s’agit pour Melville de reproduire les schémas du film noir américain, avec une perfection d’autant plus achevée que ce spectateur compulsif du cinéma hollywoodien peut se permettre, avec ses studios, de les reproduire à l’identique. Pourtant, plus Melville rêve de cinéma hollywoodien, plus il trouve son propre style, onirique, désincarné, abstrait, « melvillien » comme il sera plus tard écrit, à ce point distinct que son héritage se trouve, à partir des années 1980, à Hong Kong, puis à Hollywood, chez les maîtres du film noir américain des années 1990, Quentin Tarantino, Michael Mann.

Samuel Blumenfeld est journaliste au Monde depuis 1996. Il écrit principalement sur les cinémas américains et français. Il est l’auteur de plusieurs livres dont un livre d’entretiens avec Brian de Palma.

À propos d’AméricanisationUne histoire mondiale XVIIIe-XXIe siècles, de Ludovic Tournès (Paris: Fayard, 2020)

El Heraldo de Antioquia, Medellín, 21/01/1931

Olivier Compagnon  est professeur d’histoire contemporaine à l’université Sorbonne Nouvelle (Institut des hautes études de l’Amérique latine), chercheur au centre de recherche et de documentation des Amériques (CREDA UMR 7227), co-rédacteur en chef de la revue pluridisciplinaire Cahiers des Amériques latines et directeur des publications des Éditions de l’IHEAL.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search